TOUCH ME

TOUCH ME

04 Dec 2015 Avignon, France

Details

Horaires : 21h00
Lieu : Les Hauts Plateaux
Addresse : 4 rue des Escaliers Sainte Anne
Code Postal : 84000
Téléphone : +33677611080
Email de Contact : jo@collectif-inoui.fr

Ce spectacle sera précédé d’une projection – débat au cinéma Utopia Avignon, puis nous vous proposons une soupe épicée et un verre de vin à 20h15.

  • Film à 18h15 à Utopia: tarif habituel Utopia – sans réservation
  • Soupe et verre de vin à 20h15 salle de l’AJMI: 4 euros
  • Spectacle à 21h aux Hauts Plateaux: 8 euros tarif adhérent, 12 euros. 

Possibilité de participer à toute la soirée (film – soupe – spectacle):  soupe + vin  offerts et spectacle « Touch Me » à 8 euros (une billetterie sera installée pour celà à 18h, à l’entrée du film)

 

1/ Utopia, 18h15: projection « Mes Souliers Rouges »

film réalisé par Sara Rastegar, 1h26mns, 2012

Kaveh et Fariba avaient 20 ans en 1979. Ils étaient marxistes et étudiants, lui en architecture et elle en métallurgie, lorsque la Révolution iranienne bouleverse à jamais leur pays et leurs idéaux de révolution et de liberté. Mêlant récits saisissants, scènes de la vie quotidienne, digressions métaphysiques et images-souvenirs en super 8 et Hi8, Mes Souliers rouges est un film lumineux sur l’engagement et l’éthique de vie après une catastrophe intime et politique, entièrement filmée en huis clos dans la maison familiale de la réalisatrice.

 Le film sera suivi d’un débat avec Gurshad Shaheman

2/ Les Hauts Plateaux, 21h00: « TOUCH ME »

création et mise en scène: Gurshad SHAHEMAN, création sonore: Lucien GAUDION, régie lumière: Aline JAUBERT

L’une des trois performances, comme trois pièces d’un même puzzle, trois jalons dans
l’affirmation d’une identité. C’est à la première personne du singulier que
Gurshad Shaheman prend la parole sur quelques épisodes constitutifs de sa
vie, de sa petite enfance à son entrée dans l’âge adulte. Des fragments
autobiographiques qu’il nous confie d’une voix volontairement désolidarisée
de son corps. Ce corps que son père n’a jamais voulu étreindre, ce corps
dont il fut trop tôt dépossédé et qu’il monnaya un temps, comme pour mieux
se le réapproprier. Ce corps qu’ il met aujourd’hui en jeu dans de
troublants dispositifs immersifs, où le spectateur partage le même espace
que lui et s’implique physiquement. Qu’il évoque la figure de son père en
nous en faisant endosser le masque (*Touch me*), qu’il se glisse dans les
habits de sa mère pour nous concocter un repas doux-amer (*Taste me*) ou
qu’il nous entraîne dans une déambulation où l’argent ouvre toutes les
portes (*Trade me*), Gurshad Shaheman déroule le fil d’un récit initiatique
émouvant, tissé entre l’Iran et la France, l’Orient et l’Occident.

 

+ infos: TOUCH ME, TASTE ME..LE DIPTYQUE DE GURSHAD

crédit photo: Barbara Laborde