Lecture musicale

Nouvelles de Erri de Luca (traduction Danièle Valin @ Editions Gallimard) – Co-production : Association « La Fraternelle » – Avec le soutien du Parc Naturel Régional du Haut-Jura, de la DRAC PACA, du Conseil Régional PACA et du Conseil Général de Vaucluse.

Avec : Cyril Darmedru, samples, M.A.O. – Nicolas Gény, voix – Guigou Chenevier, samples, low tech. – Emmanuel Gilot, création sonore.

télécharger le dossier de presse

Télécharger la fiche technique


NOTE D’INTENTION

Photo Le Contraire de Un« Le Contraire de Un » est un magnifique recueil de nouvelles de Erri De Luca, paru en 2003, où se mêlent ses récits de luttes ouvrières vécues dans l’Italie des années 1960, avec ses expériences de solitude extrême éprouvées au sommet de La Cima Dieci et de quelques autres monts transalpins.
Dans ce recueil, Erri De Luca démontre que « Deux n’est pas le double mais le contraire de Un ». Deux est alliance, un fil double qui ne casse pas. Il décrit un monde où la solitude est ponctuée de précieux moments d’alliance et de solidarité.
La langue de l’écrivain est tout à la fois âpre et musicale. Ce côté musical avait déjà séduit le comédien metteur en scène Nicolas Gény lorsqu’il réalisa il y a quelques années, avec la comédienne Sophie Mangin, une lecture sur des textes de Erri De Luca, avec, comme support, des extraits musicaux de plusieurs de mes disques. »Le Contraire de Un » constituera un prolongement de ce travail autour de Erri De Luca initié par Nicolas Gény et Sophie Mangin. Un projet de lecture mise en musique où la part de création musicale sera plus aboutie et alerte. Avec son jeu de saxophone fluide et légèrement décalé, Cyril Darmedru sera assurément le principal soliste et le mélodiste inspiré de cette création musicale. Il est probable aussi qu’il utilisera ses logiciels de traitements de sons et divers systèmes ingénieux pour traiter et déformer le son de son propre instrument, ou interagir en direct sur la voix amplifiée de Nicolas Gény.

De mon côté, j’utiliserai un dispositif de vieux électrophones et platines vinyle, ainsi qu’une panoplie de disques trafiqués, rayés, collés etc… (il est à craindre que dans la discothèque spécialement constituée pour ce projet, se retrouveront quelques perles de rock des sixties, quelques chanteurs italiens comme Adriano Celantano, des extraits des chants de Giovana Marini etc…)
« Le Contraire de Un » sera une forme artistique rapidement montée, tout à fait en phase avec l’écriture nerveuse de Erri De Luca. Un « ovni » artistique une fois de plus inclassable, dont l’objet serait de dénoncer les dangers de la solitude sociale, de l’individualisme et de la mise à mort des solidarités collectives. Une vigie poétique et musicale au cœur de la tempête d’un océan urbain ?

Guigou Chenevier

Il y quelques années, nous avions fabriqué une lecture avec la Compagnie de l’Imprimerie, autour de l’oeuvre de Erri de Luca. J’avais alors demandé à Guigou l’autorisation de diffuser sa musique à l’occasion de ce travail. Il était arrivé avec une montagne de CD, celle-ci nous avait accompagnés au mieux dans cette périlleuse entreprise.
Aujourd’hui, c’est Inouï Productions et Guigou qui me demandent de revenir un peu sur mes pas avec ce projet inspiré du « Contraire de Un ». Manifestement nous n’en avions pas fini avec cet auteur, il fallait si remettre et tenter une autre approche de cette oeuvre qui résonne encore plus fort en ces temps où la réaction devient nécessité.
Deux musiciens « chevronnés » et un comédien, pour tracer une brèche dans ces nouvelles, ou courts textes, qui traitent de l’engagement politique de Erri de Luca et de son expérience de l’alpinisme. De la parole et du son pour une respiration commune, un engagement qui accepte le risque de la chute.

Nicolas Gény

Les nouvelles que nous avons choisies dans « Le Contraire de Un »:
« Vent de Face »,  « Fièvres de Février », « La Jupe Bleue », « Aide », « Une Méchante Histoire »

« Une lecture musicale qui confirme le goût du collectif Inouï Productions pour la littérature (engagée) et la musique (inclassable), à travers les mots-refuges d’un écrivain qui sait combler la solitude. » (Delphine Michelangeli, journal « Zibeline »    Lire l’article

Erri De Luca participe en 1969 au mouvement d’extrême gauche Lotta Continua et en devient l’un des dirigeants, responsable de son service d’ordre, jusqu’à sa dissolution à l’été 1977. N’imaginant pas d’entrer dans la clandestinité et dans la lutte armée comme certains de ses camarades, le jeune homme entre en 1978 chez Fiat où il participe à toutes les luttes ouvrières, même violentes. Il y reste deux ans jusqu’à l’échec des mouvements sociaux à l’automne 1980 au moment des licenciements massifs auxquels procède le siège de Turin. C’est à cette époque que prennent fin ses douze années de lutte politique. Il poursuivra alors jusqu’en 1995 une vie d’ouvrier solitaire et itinérant.


DEMANDE D’INFORMATIONS

CONTACT