La Musique est-elle un Art de combat ?

Un projet de création musicale du Collectif Inouï.
Guigou Chenevier Avignon/France :batterie, percussions (Collectif Inouï) – Richard Deutsch St Pétersbourg/Russie-Vienne/Autriche :guitares – Elio Martusciello Rome/Italie :dispositif éléctronique – Emmanuel Gilot Avignon/France :création sonore (Collectif Inouï)
Avec le soutien de la Drac Paca et de la région Paca, du Conseil Général 84 et Cultures France. En partenariat avec Aréa Sismica (Italie) et l’Entrepôt de Mises en Scène à Avignon.

Télécharger le dossier de presse


Music-combatA l’origine de ce projet, le désir de rencontre entre 3 musiciens : Richard Deutsch, guitariste et compositeur vivant à cheval entre l’Autriche et St Petersbourg, Elio Martusciello, maître sampler et grand ordonnateur de sons vivant à Rome et Guigou Chenevier, percussioniste du Collectif Inouï à Avignon, en France.
L’idée de “La musique est-elle un art de combat” est née du désir partagé de ces trois musiciens d’interroger leurs pratiques individuelles, de confronter leurs points de vue sur leurs héritages culturels et de mettre en chantier ensemble leur engagement artistique, politique et humain. Ces 3 musiciens sont en effet, chacun à manière dans leur pays respectif des acteurs importants de la vie culturelle de leur village, de leur ville ou de leur région.
Chacun est impliqué à son niveau dans un projet débordant largement le cadre stricte de la musique. En Autriche, Richard Deutsch est aussi organisateur de concerts, et il est responsable d’un label de production discographique. A St Petersbourg il est également actif dans l’équipe du Festival Skiff. Richard Deutsch, membre du groupe Metamorphosis, travaille aussi pour la danse, et revisite les folklores slaves avec une démarche résolument contemporaine. Elio Martusciello, sculpteur de sons , à cheval entre improvisation contemporaine et pratique électroacoustique multiplie les rencontres.
Il vient récemment d’inaugurer un duo avec Tim Hodgkinson. Guigou Chenevier, enfin, outre ses activités musicales, a depuis de nombreuses années élargi le champs de ses pratiques, dans un souci constant d’inscrire celles-ci dans des problématiques sociales plus larges. Il est à l’initiative du festival de musiques inclassables “Gare Aux Oreilles”.
“La musique est-elle un art de combat” est un projet à la croisée du parcours et des préoccupations de ces 3 musiciens. Une interrogation sur les racines de leur propre engagement humain et artistique. Cette interrogation passera nécessairement par un collectage de sons, de témoignages et de paroles de musiciens amateurs, de militants syndicalistes, d’ouvriers, de paysans… etc des 3 pays.
“La musique est-elle un art de combat ?” sera le questionnement d’une histoire des luttes sociales de ces 3 pays. Où comment ces luttes sociales ont-elles influencé, traversé, modifié, imprégné (ou non) le champs musical et artistique. Les musiques populaires, traditionnelles de chacun de ces 3 pays sont pleines de cette histoire. C’est l’histoire des peuples et de leurs aspirations à des jours meilleurs. De la révolution russe à St Pétersbourg, aux mines de charbon d’Alès, en passant par la résistance au fascisme en Italie, pas un de ces 3 pays qui ne déborde de richesses et de témoignages en la matière.
Le questionnement de “ La musique est-elle un art de combat ?” sera nécessairement non exhaus- tive et revisitée par la pratique contemporaine de ces 3 musiciens. Il sera possible aussi d’intégrer au projet l’apport de musiciens amateurs, de groupes traditionnels, de chorales (la chorale des cheminots d’Avignon, les groupes polyphoniques italiens, les yodleurs autrichiens ( ?) etc…).


DEMANDE D’INFORMATIONS

CONTACT