L’ Inconnu (The Unknown)

Film muet de Tod Browning (1927)
« The Unknown » avec Lon Chaney et Joan Crawford
Création musicale sur le film muet de Tod Browning
Nicolas Chatenoud  : mandoline basse et guitare électrique clavier, sampler – Guigou Chenevier :guitare espagnole, clarinette, marimba, batterie – Guillaume Saurel :violoncelle, flûte bambou, clavier – Emmanuel Gilot :création sonore

Création en 2002 aux Festivals Banlieues Bleues et Music Action. Ce projet est une co-réalisation entre l’association Inouï Productions et le cinéma Utopia d’Avignon. En partenariat avec l’Ajmi, le Vélo Théâtre d’Apt, l’Addm 84.

extraits video

Télécharger le dossier de presse


« The Unknown » est un film charnière dans l’œuvre cinématographique du réalisateur américain Tod Browning. Sorti en 1927, c’est l’un des tout derniers films muets réalisés. À ce titre, « The Unknown » est une œuvre particulièrement intéressante, une œuvre qui est certai- nement passée à côté du succès qui lui était dû… « The Unknown » est pourtant un petit chef d’œuvre cinématographique, une œuvre « inclassable », entre mélo et film satirique, entre film noir et roma- nesque, entre expressionnisme et réalisme.
À plus d’un titre « The Unknown » annonce déjà « Freaks », le film qui a rendu célèbre Tod Browning en 1932. Tout comme dans « Freaks », l’action de « The Unknown » se situe dans un cirque, il y est question de difformités et de mutilations physiques. L’univers cinématographique est à la fois grotes- que et tragique, on rit où il faudrait pleurer, on pleure où il faudrait rire.
Nicolas Chatenoud, Guillaume Saurel et Guigou Chenevier composent depuis de nombreuses années des musiques pour la danse (par exemple pour Maguy Marin avec Volapük, en ce qui concerne Guigou Chenevier et Guillaume Saurel, ou pour le théâtre (par exemple pour « Ailleurs »de la com- pagnie Mises en Scène, créé en Juin 2000 à Avignon, sur des textes d’Henri Michaux, en ce qui concerne Guigou Chenevier et Nicolas Chatenoud). Il semble bien que leur musique, hors des cadres étriqués des chapelles musicales, libère l’imaginaire des auditeurs. Plus d’une fois la remarque leur a été faite : leur musique serait parfaite comme musique de film.
« La valeur de toute forme d’art dramatique se trouve dans son exactitude à dépeindre des person- nages vrais, exécutant des gestes vrais et disant des choses vraies… » disait Tod Browning. La musique de Nicolas Chatenoud, Guigou Chenevier et Guillaume Saurel cherche à être elle aussi, construite, rigoureuse, et s’emploie à être au service des actions théâtrales, ou de l’état émotionnel recherché par tel ou tel metteur en scène ou chorégraphe lorsqu’ils travaillent dans le cadre de collaborations avec la danse ou le théâtre. « The Unknown » représente pour eux un terrain d’expéri- mentation idéal ou liberté et contraintes devraient se conjuguer pour stimuler leur capacités créa- trices, sans oublier les nombreux aspects musicaux du film…
« L’Inconnu » manchot ne joue-t-il pas de la guitare avec ses pieds ? Et les roulements de timbales ne ponctuent-ils pas les numéros de cirque les plus extravagants ? Pour ce travail de création, Nicolas Chatenoud, Guigou Chenevier et Guillaume Saurel mélangent instruments acoustiques (violoncelle, guitare, mandoline, percussions etc… ) et instruments électroniques (samplers, claviers, ordinateurs etc… ). Ils ont écrit une partition qui joue sur des niveaux différents, comme les images, qui plus d’une fois laissent le spectateur seul interprète du sens. Et puis il y a la qualité du silence, plus fracassant parfois que toutes les musiques, comme par exemple l’inextinguible éclat de rire de « l’Inconnu » dans une des dernières scènes du film.

The Unknown est un film charnière dans l’œuvre cinématographique du réalisateur américain TOD BROWNING « Ce qui surprend le plus dans les films de Tod Browning, c’est moins le goût de la monstruosité qu’un don infaillible pour le mélodrame. Pas simplement un mélodrame de paco- tille qui fournirait un prétexte aux performances physiques de Lon Chaney et aux élucubrations de son metteur en scène. Mais un mélodrame bouleversant dont le sujet est le don de soi par amour.

Les Cahiers du Cinéma n° 550.


DEMANDE D’INFORMATIONS

CONTACT